Cinémarseille

Un certain regard sur la ville

Agnès_Varda_(Guadalajara)_18_cropped

Agnès Varda pose ses bobines à Marseille

En 2013, c’était la Galerie d’Art d’Aix-en-Provence qui l’avait accueillie pour l’exposition « Les Bouches du Rhône d’Agnès Varda ». Aujourd’hui, c’est au tour du Gyptis. Shellac, le programmateur du cinéma, a consacré un week-end entier à la réalisatrice.

Samedi 25 Janvier, 14h. Dans le petit hall d’entrée du cinéma le Gyptis, la file d’attente est plus longue qu’à l’accoutumée. Pour  patienter et se réchauffer : du café, du thé, des petits gâteaux. On discute, on raconte. Ce matin, beaucoup étaient déjà là, pour rencontrer la réalisatrice et échanger sur son parcours et ses créations. L’occasion pour elle de partager des anecdotes sur ses films. D’une voix un peu tremblotante et avec beaucoup d’humour.

Pendant deux jours, le Gyptis a vibré au rythme du cinéma d’Agnès Varda. Avant-gardiste, féministe, engagée, la réalisatrice a à son actif une œuvre complète et éclectique. Au programme pendant ce week-end : trois films (Sans toit ni loi, Cléo de 5 à 7, et Jacquot de Nantes), deux documentaires (Documenteur, et Les plages d’Agnès) et un court-métrage (Uncle Yanko). En tout, 6 œuvres de la réalisatrice projetées entre samedi 24 et dimanche 25 pour un véritable marathon Agnès Varda.

Le public au rendez-vous

Pour Nicolás Roman Borre, qui s’occupe du Gyptis pour la Friche de la Belle de Mai, c’est une chance pour la ville et le quartier d’héberger un tel événement. En effet, avec jusqu’à 150 visiteurs le jour de la rencontre, le cinéma a quasiment fait salle comble. Et les habitués du lieu n’étaient pas les seuls conquis. Un public très hétéroclite, de tous les âges, du quartier, ou non. Preuve que la cinéaste de 86 ans séduit encore. Et que l’échantillon de son œuvre projeté, composé de films réalisés des années 60 aux années 2000, est assez moderne pour toucher un large public.

Photos : D.R.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
Agnès Vardabelle de maicinémaFriche Belle de MaigyptisMarseilleRencontreShellac

Camille Paix Camille Paix • 26 janvier 2015


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *