Cinémarseille

Un certain regard sur la ville

11292703_10152769581902377_1289004635_n

Cannes : « Mon Roi » de Maïwenn, histoire d’amour et de manipulation

Sur la croisette, les avis sur le nouveau film de Maïwenn, présenté en compétition officielle du Festival de Cannes, sont divisés. Certains adorent, d’autres détestent. Les Inrocks parlent même d’un « naufrage cinématographique ». Et bien nous, on a aimé. Pas tout, mais presque. 

Au début, il y a Tony. Blessée au genou, elle se retrouve dans un centre de rééducation, où elle va revenir sur la relation amoureuse destructrice qui l’a conduit à son accident. L’histoire alterne alors entre le présent, dans le centre où elle se reconstruit, et le passé, en remontant dans son histoire d’amour avec Giorgio. Jusque là, rien de bien original.

Mais si, en effet, le scénario laisse parfois à désirer quand il se perd dans les excès d’une histoire d’amour que Maïwenn a voulu très (trop ?) tumultueuse, les acteurs sont excellents. Giorgio, interprété par Vincent Cassel, est drôle, fou, effrayant parfois. Un rôle de pervers narcissique pas si facile à incarner, et pourtant réussi. Quant à Tony, interprétée par Emmanuel Bercot, elle est intense, hystérique, mais pas larmoyante.

Même si le film a été présenté comme une histoire d’amour, le tableau dépeint est surtout celui de la vie avec un pervers narcissique manipulateur, pour une femme mais aussi pour sa famille et son entourage. On voit se tisser à l’écran une relation de dépendance non-réciproque, un climat de violence psychologique prenant.

Le gros point faible du film, celui qui dessert réellement l’histoire, c’est la rencontre et l’amitié entre Tony et des jeunes dans le centre de rééducation, qui n’a rien à voir avec le film, et semble avoir été mis là un peu par hasard et peut-être pour avoir l’air jeune et cool. Parmi ces jeunes, le youtuber Norman Thavaud, qui lui non plus n’a vraiment pas l’air de comprendre ce qu’il fait là. A part ça, « Mon roi » vaut clairement le déplacement.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
CannesCannes 2015Compétition officielleEmmanuelle BercotFestival de CannesFIFFIF 2015Film françaisHistoire d'amourMaïwennMon roiPervers narcissiqueVincent Cassel

Camille Paix Camille Paix • 20 mai 2015


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *