Cinémarseille

Un certain regard sur la ville

index

Cérémonie de clôture des 18è Rencontres du Cinéma sud-américain

Courts-métrages, documentaires, rencontres, fictions… Cette année encore, le festival a réuni nombre de productions du continent sud-américain.  La cérémonie de clôture et la remise des prix restent un bon moyen de leur rendre hommage, à travers une pluralité de regards.

Le Jury jeune a été le premier à remettre ses prix.

12914782_1027193863993656_1419670753_o

Le Prix Jury Jeune a été décerné à Tus Padres Volveran, de Pablo Martinez Pessi. Le documentaire retrace la fin de la dictature militaire en Uruguay en 1983, et le retour de 154 enfants, fils d’exilés politiques, dans ce pays qu’ils n’ont jamais connus.

 

Le Jury Jeune a aussi récompensé le court-métrage Historia de un oso. Cette histoire d’un ours, c’est celle de son pays, le Chili.

Pour voir la critique des courts-métrages en compétition, c’est par là : http://cinemarseille.fr/jamais-trop-courts-18e-rencontres-du-cinema-sud-americain/

Il a aussi tenu à récompenser un autre film, indispensable selon eux à « repenser les liens entre les générations » : El Comienzo del Tiempo, de Bernardo Arellano.

 

Le Jury officiel a ensuite pris la parole.

Il a décerné le prix du meilleur court-métrage à Extremos – Viaje a Karukinka.

Le prix du Meilleur Acteur est revenu à Damian Alcazar, pour son rôle dans Magallanes, du Péruvien Salvador del Solar. L’histoire de Magallanes et Célina, des années après leur première rencontre, durant laquelle il était soldat.

L'actrice Fernanda Rocha (à gauche) était présente lors des Rencontres

L’actrice Fernanda Rocha (à gauche) était présente lors des Rencontres

Le prix de la Meilleure Actrice est revenu à Fernanda Rocha, pour son rôle dans O Ultimo Cine Drive-In, du Brésilien Iberê Carvalho.

 

Le prix spécial du Jury est revenu à El Comienzo del Tiempo.

Le prix du public a été décerné à Magallanes, du Péruvien Salvador del Solar.

Enfin, le Colibri d’Or a été décerné au film de Alex Santiago Pérez (Porto Rico) : Las Vacas con Gafas. Le jury a salué un film certes moins caractéristique des problématiques du continent, mais parfaitement maîtrisé et original.

 

Fernanda Rocha, Iberê Carvalho et leur traductrice lisant le manifeste

Fernanda Rocha, Iberê Carvalho et leur traductrice lisant le manifeste

La cérémonie s’est terminée par la lecture d’un manifeste par Iberê Carvalho. Signé par 2500 cinéastes, réalisateurs, acteurs et producteurs brésiliens, il est un vibrant hommage à la jeune démocratie du pays. Mais il est aussi une mise en garde, face à de nombreux détracteurs qui veulent la fin du gouvernement démocratiquement élu de Dilma Roussef.

 

La soirée s’est poursuivie avec la projection d’un film hors-compétition: Tudo que apprendemos juntos (le Professeur de violon), film brésilien de Sérgio Machado, retrace le parcours d’un brillant violoniste forcé de donner des cours dans une favela.

Et jusqu’à deux heures du matin, la Friche a dansé au rythme des groupes « La Cumbia Chicharra » et « Mobylette Sound System ». Une 18è édition qui sonne une nouvelle fois comme un succès. rendez-vous est déjà pris pour l’année prochaine.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Léa Soula Léa Soula • 27 mars 2016


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *