Cinémarseille

Un certain regard sur la ville

bce06827-8e20-4685-8af2-4713621cff7e

La première fois, ça ne s’oublie pas !

A vos agendas ! La 6e édition du festival La première fois commence mardi 10 février et se déroulera jusqu’au samedi 14 février. Une quinzaine de premiers films documentaires seront projetés, entre Aix-en-Provence, Saint-Cannat et, pour la première fois, Marseille.

Le festival commence fort avec en soirée d’ouverture la présence d’un réalisateur confirmé, en la personne de Nicolas Boone. Le réalisateur n’en est pas à son coup d’essai. Avec une vingtaine de films à son actif, il sera le seul réalisateur expérimenté. Le documentariste, invité d’honneur de cette édition, viendra présenter trois de ses films dans la salle Armand Lunel de L’Institut de l’Image à Aix-en-Provence. Mais que l’on ne s’y trompe pas ! Ce sont bien les jeunes réalisateurs que le festival s’est donné pour mission de promouvoir. Et comme l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, les quinze réalisateurs sélectionnés viendront en personne présenter leurs travaux.

Dans un souci d’éclectisme, le festival n’impose aucune contrainte de format ou de durée. Par ailleurs, la programmation se veut internationale et elle l’est puisqu’un film sur la dictature franquiste côtoiera aussi bien un court métrage sur l’extrême droite en Angleterre qu’un moyen métrage sur les destinées de trois tunisiens en quête d’identité.

Pour les adeptes de nouveautés et autres défricheurs de talents, le festival La première fois propose plusieurs films en premières françaises ou mondiales. Nouveautés encore avec la dernière journée du festival qui aura lieu dans la salle Vidéodrome 2 de Marseille, nouvellement rénovée pour l’occasion.

Travail en amont

Derrière le festival La première fois se cache l’association Les films du Gabian. Créée par trois auteurs/réalisateurs confirmés, l’association entend « promouvoir la jeune création documentaire » tout en partageant « des moments conviviaux de réflexion et de dialogue lors des diffusions ». Le travail de sélection des documentaires n’est pas de tout repos : l’équipe a visionné plus de 600 films venus de 50 pays différents. Pour autant, les membres des Films du Gabian trouve encore le temps de travailler à des projets personnels. Nicola Farina, un des fondateurs, a notamment réalisé un film documentaire présenté dans de nombreux festivals dont celui des Rencontres Cinéma de Manosque. Jean Boiron, le chargé de communication du festival, a quant à lui travailler sur le projet d’exposition photos les Bouches-du-Rhône d’Agnès Varda.

Tarifs: Un pass à 5 euros permet l’entrée à toutes les séances. Entrée gratuite pour les étudiants en art et les chômeurs.                                                    

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
Agnès VardaAix-en-ProvenceBouches-du-Rhônecourt métragedocumentaireDocumentaristeFestivalInstitut de l'imageJean BoironLa première foisLes Films du Gabianlong-métrageMarseillemoyen métrageNicola FarinaNicolas BooneRéalisateursRencontres Cinéma de ManosqueSaint-CannatSalle Armand LunelVidéodrome 2

Boris Loumagne Boris Loumagne • 7 février 2015


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *